Mélanie Patris

Mélanie Patris

Les photographies présentées sur ce blog datent d'avant 2013.

Vous trouverez mon travail récent sur ma page Facebook : 

https://www.facebook.com/melaniepatrisphotographie/

 

Ainsi que sur mon nouveau site  

 

www.melaniepatris.com

 

 

Dans les coulisses de la vie s'agite la pluie des sentiments...

 

 

 

"Petite brûlure de lumière sur une surface sensible (comme une âme) - tout à la fois nitrates d'argent, peau et pellicule -, la photographie est, dans sa matérialité, autant une blessure qu'une cicatrice, une fissure et une fente ouvertes au temps ; une déchirure de l'espace ; une marque, une empreinte, des indices. Coup et coupe, elle est cette surface de signes multiples et complexes, ouverte à un passé qui, déjà, n'existe plus et à un futur qui n'est pas parvenu à s'offrir. Les photographies sont des tissus, des mailles de silence et de bruits, les enveloppes qui gardent nos secrets, les petites peaux et les pellicules de nos existences. Les photographies sont, toujours, des mémoires et des confidences".

Etienne Samain, 1998 in "L'homme sur la photo. Manuel de photoethnographie.", Luiz Eduardo Robinson Achutti, Téraèdre, 2004.

 

 

 

 

 

 

 

"L'esprit mingei (ou voie du mingei) n'est pas celui de l'exceptionnel mais de l'usage ordinaire d'objets du quotidien utilisés plus que regardés. C'est un art primitif, modeste et anonyme qui s'inscrit dans la tradition du travail manuel et allie les valeurs de beauté, de simplicité, de sérénité et aussi de solidité. "

 

"Sabi désigne ce qui a vieillit et s'est chargé de temporalité : la rouille, le vert-de-gris, les galets patinés par le temps, l'écorce d'arbres géants pouvant avoir plusieurs siècles.

Wabi signifie un état de solitude et aussi de détachement. C'est un terme utilisé pour désigner à la fois la simplicité des matériaux (bruts, crus, non sophistiqués) et la sincérité des sentiments (non apprêtés)."

"L'énergie discrète des lucioles. Anthropologie et images. François Laplantine, Académia L'Harmattan, 2014, 197p., p. 115 et 116. 

 

 

 

 

 



sadness.jpg 

Selfportrait, 14 février 2014.

 

 

 

 

 

 

 


521766_10151310384321563_1426771586_n.jpg

                                                           Octobre 2012, Pokhara, Népal.                                                                       ©Mélanie Patris
 

 

 

 

181395_10151042218341563_1645632569_n.jpg                                                           Rome, Juin 2012.                                                                                                   ©Mélanie Patris                                          

 

 

 

 

12342_10151831928171563_1864661028_n.jpg                                                            Août 2013, Foire du Midi, Bruxelles.                                                      ©Mélanie Patris

 

 

 

                                                           Février 2013, Bruxelles.                                                                                         © Mélanie Patris

 

 

 

 

 


                                                          Tag - Avril 2013.                                                                                          © Mélanie Patris



 

 

 

                                                           Tag  - Avril 2013.                                                                                         © Mélanie Patris



 

 

Vendredi 15 février 2013.

 

Quatorze janvier mille neuf cent septante-sept, 2h du matin certainement un peu avant.

Je sais. Il est temps.

Le voyage a commencé.

Celui qui m’emmène malgré moi sur la route.

Les secousses sont là. Elles m’obligent à avancer.

Peut-être qu’une fois dehors, j’aurai tout oublié.  Qui sait ?

Je progresse.  Je me laisse aller dans ces mouvements d’ondulation.

Mon corps est trituré dans tout les sens, mais cela n’est pas douloureux ni désagréable.

Je peux déjà ouvrir les yeux même si en réalité je n’y vois pas grand chose.

Ici, il fait chaud. Je ne sais pas comment cela sera dehors, mais de toute façon, je n’ai pas le choix. Je dois y aller. Avancer. Oser. 

 

 

 

 

 

Dimanche 27 janvier 2013.
Instant de vie.
Salon de fin de repas. Des assiettes et des verres tantôt vides, tantôt pleins, trainent sur la table. Un "Massala tchae", thé indien aux épices - lait, cardamome, gingembre, clou de girofle, cannelle et sucre - fumant dans les tasses; et le dessert, une salade de fruit, nous attends dans les assiettes. Des appareils photos, des livres d'art, de cuisine, de photographie, de toutes sortes jonchent les armoires. 
Rayon de lumière rasante de fin de journée. Il vient se coucher dans ce salon paisible où chacun est à son affaire : une lecture, une conversation à deux ou trois, à l'écoute de la musique rock puis blues qui passe. Le temps coule paisiblement. Je suis assise dans le transat de bois et d'étoffe lignée posé, là, dans un coin de la pièce. Je me love dans le creux formé par mon poids dans le tissu entre les barre du fauteuil. Les jambes croisées sous moi, mon gilet épais m'enveloppe. J'observe, je sens, je m'imprègne.

Le départ s’amorce. Nous quittons ce cocon douillet qui rappelle ces dimanches en famille. 

Il y a un reste de neige dehors, le soleil brille toujours même si sa descente s'est amorcée depuis un moment. Une bataille de boules de neige s'improvise.
Je me sens bien. 
Photographie d'un instantané de vie, un petit bout de bonheur sucré.
 
 
 
 
 
 
 
 

And as we let our own light shine, we unconcsiously give other poeple permission to do the same - Marianne Williamson. 

 
                                                           Maurice, papy.                                                                                                       ©Mélanie Patris
 
 
 

Lecture du livre de Alexandro Jodorowsky, "Mu, le maître et les magiciennes", extrait (p.261) :

 

"... Ne pas pouvoir satisfaire les désirs n'est pas souffrance parce que ce qui importe, c'est le prodige d'avoir des désirs ; que tu les satisfasses ou non, ils te donnent le sentiment d'être vivant. Va au-delà de : La cause des souffrances est l'attachement aux désirs, aux choses, parce que l'attachement aux désirs et aux choses, lorsqu'il n'est pas possessif, est bonté sublime. Tout ce qui paraît impermanent reste gravé dans la mémoire de Dieu. Chaque seconde est éternité. Va au-delà de : en mettant fin à ces attachements on peut mettre fin aux souffrances. On ne peut mettre fin à ces attachements car, le tout n'étant qu'un, comment l'unité se détacherait-elle d'elle-même? L'attachement par amour est le chemin de la réalisation. L'être eternel, avec une infinie tendresse, est attaché à toi. Va au-delà de : ..."

 

 

 

 

 

 

"Au fond, c'est ça la Solitude :  s'envelopper dans le cocon de son Âme, se faire chrysalide et attendre la métamorphose car elle arrive toujours. August Strindberg." 

 

Chemin de Compostelle, Août 2009.                                            ©Mélanie Patris

 

 

 

 

 

 

                
                Kathmandu, Népal, Oct 2012.                                                  © Mélanie Patris
 
 
              
             Déserté? - Sept 2012.                                                                    © Mélanie Patris
 
 
 
Extrait de "Mu, le maître et les magiciennes", Alexandro Jodorowsky.    
... "Ouvre tes mains jusqu'à sentir qu'elles perdent leurs limites, qu'elles contiennent la terre entière, le ciel infini, l'univers éternel... Ne désire rien garder, ne désire rien posséder, accepte de tout donner, de   tout recevoir. Sens comme elles aspirent et expirent, en suivant le rythme de tes poumons ; sens le flux et le reflux du sang, inclus-les dans la palpitation de ton coeur, laisse-les se nourrir de la chaleur de la     vie. Une vie qui n'a pas de fin parce que étant pur amour elle est impérissable... Replie tes doigts             maintenant. Vois la force noble qui transcende tes poings, ce sont deux guerriers prêts à lutter jusqu'au bout contre la mort et ensuite, comme deux fleurs sacrées, à s'ouvrir pour que jaillisse de tes paumes le parfum de la nouvelle vie..."      
                                   
 
 
 
 
             
            2012,An evening of March at the North sea...                                    © Mélanie Patris

 

 

 

 

"Nous conquérons notre liberté lorsque nous parvenons à notre nature la plus vraie. L'homme qui est artiste conquiert sa liberté lorsqu'il découvre son propre idéal de l'art."

Rabindranath Tagore.
 
 
 

« Voyager ? Pour voyager, il suffit d’exister. Je vais d’un jour à l’autre comme d’une gare à l’autre, dans le train de mon corps ou de ma destinée, penché sur les rues et le places, sur les visages et les gestes, toujours semblables, toujours différents, comme du reste, le sont les voyages. »

Fernando Pessoa


 
 
 
 
 
Extraits du Livre:
"Au Japon, ceux qui s'aiment ne disent pas je t'aime",
Elena Janvier 
 
A - Amour 
 Au Japon, ceux qui s'aiment ne disent pas "je t'aime" mais "il y a de l'amour", comme on dirait qu'il neige ou qu'il fait jour. On ne dit pas "tu me manques" mais "il y a de la tristesse sans ta présence, de l'abandon". Une sorte d'impersonnel immense qui déborde de soi. La tristesse est partout, l'amour aussi. Pas de hors-champ du sentiment.
 
C - Cafés
Les amoureux japonais des cafés Doutor ne se parlent pas, ne se tiennent pas la main, regardent leur thé au lait. Ils picorent à deux un gâteau Mont Blanc (mon boulan) durant des heures, sans rien dire. On dirait qu'ils s'ennuient, mais peut-être que non. Parfois l'un bâille et l'autre sourit, attendri, en penchant la tête de côté. Puis ils s'en vont, avec leur amour sans paroles, comme une mélodie pour piano seul de Mendelssohn.
F - Faune
"Planants - Il y a des rapaces au bord de la Kamogawa. Il y a aussi des canards. Quand on donne du pain aux canards, les rapaces se mettent à tournoyer furieusement. Rêvent sans douter d'un sandwich au canard.
J - Jour/Nuit
Au Japon, iln'y a pas de combine pour allonger les journées. Pas d'heure d'été ni d'heure d'hiver. Quand on arrive en France, on a l'impression que le jour se lève trop vite et que la nuit tombe trop tôt.  On s'habitue. Le jour se lève, et c'est l'heure à laquelle passent les sangliers ( à condition bien entendu d'être par exemple à l'est de Kyoto, près d'une forêt et d'avoir une vue dégagée). En général (et si l'on est toujours au même endroit), ils repassent lorsque la nuit tombe, mais attention, pas forcément en sens inverse, le sanglier même s'il a ses petites habitudes, n'est pas si prévisible. La nuit tombe et pendant que les sangliers repassent à l'est près de la forêt, dans le centre de Kyoto les enseignes des commerces et des restaurants s'allument.
 
M - Mimétisme
On constate, on s'étonne, on sourit. Et puis on fait pareil : dormir dans le train, pencher la tête de côté quand on ne comprend pas, ignorer les gaijin (étrangers) ou les toiser, selon. Vivre ici.
M - Miroirs
Quai - Sur les quais des stations de métro, dans les gares, il y a des miroirs, assez larges pour vous renvoyer votre image, de la tête à la taille. Parfois aussi en haut des escalators. On passe devant son reflet furtivement, juste assez pour corriger son maintien, être présentable. Vérifier son effacement.

 
 
 
Photo prise au Laos en février 2011 (argentique Diana +)
 
 
 
 
 
 
 
 
Quelques images de l'Exposition de fin d'
 
 
année  2011 de L'Académie Constantin Meunier
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 


Bombay. Inde

 

Accueil suffocant comme un gant saumâtre qu'on vous plaquerait sur la bouche.  Gorge et yeux en feu.  Pollution instantanée, épaisse, irréversible.  Mais cinquante mètres plus loin, premiers effluves de curry, gingembre, et gâteaux à la cardamome.  Passage de femmes en saris de couleur, sourires de côté, balancement des lourdes nattes.  Premier refrain d'un raga du matin, par une fenêtre entrouverte...  Cela commence par les jambes molles, puis tout le corps devient vaporeux, perd des contours, se dilue dans ce qui se passe ici, tout près, comme si rien d'autre n'avait jamais existé.  L'inde une fois de plus va vous avaler et tout effacer.

(extrait du livre : "Le grand livre de l'essentiel, mieux vivre et donner du sens au quotidien" sous la direction de Patrice Van Eersel, page 173)


Inde, Gokarna, 2007                                                                             copyright -Mélanie Patris





Auto-portrait.
Puiser dans son propre regard quelques bouts de soi que l'on méconnaît encore.
Voir le résultat final en se demandant ce que l'on peut y trouver de plus.



                                                                                                               copyright -Mélanie Patris





Photographier : un art, une passion...

J'aime réaliser des portraits.  Capter le regard de l'autre, y lire une expression, y découvrir une part de lui. J'aime aussi marquer une pause lorsqu'un paysage, un moment m'éblouit...    Me laisser emporter dans ces regards, dans ces paysages ou ces moments "figés" sur la pellicule, pour réaliser mon propre chemin...   Et, y découvrir, parfois, des bouts de moi que je méconnais encore...




                                                                                                                    copyright -Mélanie Patris






 

 

 

 

 

Parcours d'artistes de Saint-Gilles 2008

 

 

Exposition de mes photos au 50 rue Maurice Willemotte à 1060

les week-end des 17-18 et 24-25 mai de 14h à 19h.

 

 

 

 

 

 

 


                                                                                                                 copyright -Mélanie Patris

L'eau

L'eau, cette coquine…

Elle glisse, lisse, file, défile, dessine, se faufile

Elle joue avec les creux, les tours et les détours 

Elle sculpte la terre et la pierre 

Elle donne la vie mais la reprend parfois aussi

Elle mouille, trempe, détrempe

Elle sèche, assèche, dessèche … 

Elle trace un chemin.  Celui qui est le sien.

Comme chacun d'entre nous!


Parcours Matong'Art
du 22 mars au 28 août 2008

//www.matongart.be/
//www.matongart.be/fr/artistes.html




'REGARD SUR LE BURKINA FASO'

Exposition du 11 février au 28 mars 2008

Reportage photographique réalisé par Mélanie Patris

dans le cadre d'un projet d'initiation au développement durable

Lieu: La Galleria

Office de Coopération EuropeAid

Rue de la Loi 41 - Bruxelles

 

                                              copyright -Mélanie Patris

 

 

"Se libérer du connu c'est mourir, et alors on vit" - Krishnamutri.

 

 

 

 

Consultez le profil de Inalem sur Pinterest." >//Consultez le profil de Inalem