Mélanie Patris

Mélanie Patris

N'est pas soleil qui veut.

Laisse entrer la nuit.

Elle frappe à la porte.

Elle s’étale devant toi.

Elle a deux faces.

Elle est prête à bondir.

Jeux de la nuit, mettre à jour l’ombre.

Rire en cascade s’étouffe sur un cri de douleur.

Envahit l’ombre et la lumière.

Ne sait plus.

Prêt à bondir.

Jeu de lumière, ombre qui salit.

Forêt dense et humide qui dit.

Elle vit. Jouit.

Face cachée de la lune. N’est pas soleil qui veut.

Un jour qui empiète, l’autre qui prend place.

C’est comme ça, c’est la vie.

 

22 février 13, 00h45.

 



28/09/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres